Les difficultés financières des commerces de détails – Tous nos vœux de prospérité pour 2015

Les difficultés financières des commerces de détails – Tous nos vœux de prospérité pour 2015

Tout au long de l’année, les médias ont relaté plusieurs faits concernant les commerces aux prises avec des difficultés financières : restaurants, hôtels, différentes usines, etc. Ce qui nous a marqué en 2014, c’est la récurrence des publications médiatisées concernant les détaillants de vêtements et leurs difficultés financières. Je vous présente les dossiers qui, d’après-moi, méritent d’être abordés.

Jacob

Sous 90 millions de dollars de dettes, la bannière Jacob s’est placée à l’abri de ses créanciers le 5 mai 2014. En septembre 2014, les dirigeants de la bannière Jacob ont engagé Élaine Zakaïb afin de donner un second souffle à la maison de mode Jacob. Mme Zakaïb désirait miser « sur des vêtements de confection, de conception, de design et de fabrication québécoise, un plan qui devrait permettre selon elle de maintenir des centaines d’emplois et d’en créer des dizaines d’autres»[1]. Cependant, trois semaines après l’arrivée de Mme Zakaïb, le fleuron québécois déclara faillite. L’achalandage et les ventes n’auraient pas été aussi élevés qu’il était prévu dans le rapport de restructuration.

Smart Set

En novembre 2014, Reitmans annonce une restructuration des magasins Smart Set. À la suite d’une tentative de repositionnement de l’image de marque, la forte concurrence dans le domaine de la mode féminine n’a pas aidé l’entreprise québécoise à se redresser financièrement.

Mexx

En décembre 2014, c’est autour de Mexx, une bannière néerlandaise de vêtements, de déclarer faillite. Mme Julia Hansen, la présidente et chef de la création chez Mexx, «cite par voie de communiqué des forces « macroéconomiques » pour expliquer la chute de la marque»[2]. Selon le rapport du syndic de faillite, Mexx Canada doit plus de 113 millions de dollars à ses créanciers[3]. Mexx se joint donc à la liste de détaillants qui ont fermé leurs portes ou qui sont menacés de faillite en 2014.

Et les autres…

Selon un article signé par Marie-Ève Fournier de la Presse, «six détaillants québécois de vêtements, qui exploitent au total près de 300 magasins, sont menacés de faillite. Joshua Perets, Limité, Le Jean Bleu, Les Entreprises Vagabond (enseignes Hangar, Studio et Revue), L’Ensemblier et Signal ont tous entrepris une restructuration en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité (LFI)»[4]. En espérant sincèrement que ces détaillants s’adaptent aux nouvelles pratiques de consommation, et tout particulièrement au e-commerce.

[1] http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/commerce-de-detail/elaine-zakaib-veut-relancer-jacob/572488

[2] http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/2014/12/05/003-mexx-faillite-canada-europe-ventes-detail.shtml

[3] http://fr.canoe.ca/argent/actualites/archives/2014/12/20141210-171953.html

[4] http://affaires.lapresse.ca/economie/commerce-de-detail/201411/11/01-4817727-ventes-de-vetements-cest-dur-pour-tout-le-monde.php

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s